Assises de l’Upf : l’exhortation de Pierre Ganz

 

Dans « Chroniques de déontologie », son dernier ouvrage, le Vice-président d’observatoire de déontologie de l’Information (ODI) Pierre Ganz édifie les professionnels des médias et autres sur les questions d’éthiques et de déontologie du journalisme.

Après avoir planté le décor sur la définition des concepts d’éthique et déontologie, l’acteur de régulation du journalisme en France à l’occasion de la présentation de son ouvrage tenue le 21 novembre 2019 à Yaoundé, Pierre Ganz a présenté l’importance du professionnalisme dans la pratique journalistique. En expliquant que le journaliste a un devoir d’informer et de traiter l’information en toute responsabilité. Dénonçant certaines dérives de ces derniers, qui, ne respectent pas les normes du métier, il a rappelé l’importance de la notion d’éthique et de la déontologie face à la précarité de la presse. Il a mis en garde les journalistes sur l’utilisation des réseaux sociaux et a indiqué quelques balises pour aider les professionnels à répondre efficacement aux questions qu’ils se posent dans l’exercice du journalisme quotidien.

Qui est journaliste ?

Il n’a cessé de rappeler que la notion d’éthique et de déontologie passe nécessairement par une bonne formation. Le journaliste pour mieux assoir et mettre en exergue les questions d’éthique doit être bien formé et encadré. Car pour lui le journalisme est un métier très délicat.

La limite du journaliste

Sur cette question complexe, l’exposant du jour à déclaré que les hommes publics ont droit à une vie privée. Dès lors, il doit informer lorsque le fait devient social. Le journaliste à longuement parler que l’information doit être diffusé lorsqu’elle touche le public ou l’opinion publique. En suite il a exhorté les journalistes à plus de prudence pour éviter de se faire manipuler par leur émotion.

Chronique de déontologie est donc une aubaine pour les journalistes et comme le disait Aureline Mupepe journaliste de la radio nationale de la RDC « Chroniques de déontologie est le garde four de notre profession ».

Christian Bull Bagneken